De la causalité esprit-matière...

Bonjour et bienvenue sur ce blog

Si vous refusez comme moi la nécessité scientifique d'un monde absurde ;

Si vous n'acceptez pas que le hasard soit considéré comme une cause agissante ;

Si vous tentez d'imaginer que notre monde (non restreint à l'univers observable) est causal mais que vous tenez aussi à votre libre-arbitre ;

Si vous n’aimez pas faire intervenir de façon trop triviale un Dieu à la volonté insondable pour expliquer ce qui vous échappe ;

Si ce que je vous dis ici vous parle ;

Alors soyez les bienvenus :

nous sommes sur la même longueur d'onde pour tenter d'imaginer, ensemble, autre chose réconciliant ce que nous proposent la science et la religion d'aujourd'hui dans leur opposition manichéenne.


Patrice Weisz

30- Le passé du futur

Le passé passe son temps à changer le futur


Il y a quelques temps j'ai regardé un film se passant à Jérusalem. L'intrigue portait sur la découverte faite par des archéologues d'ossements vieux de 2000 ans. Ces ossements comportaient des traces de rouille aux poignées et aux chevilles, signes d'une crucifixion. D'autre part les côtes du squelette portaient les traces d'un fer de lance. Tous ces signes alertèrent le Vatican, qui dépécha un prêtre enquêteur, craignant de se retrouver devant le même problème que le Suaire de Turin. L' église catholique tremblait rien qu'à l'idée que ces ossements soient ceux de Jésus-Christ, contredisant par là le récit de l'ascension décrivant son retour au Ciel, quarante jour après Pâques.
Car dans l'évangile selon Saint-Luc, ce retour auprès de Dieu Le Père s'accompagne de la disparition de sa dépouille mortelle. Retrouver la dépouille du Christ, c'est remettre en cause sa nature divine.
Le film dit que les ossements sont les vrais. Fort heureusement les péripéties de l'histoire font que toute trace est détruite dans une explosion, permettant ainsi que tout rentre dans l'ordre. Cette fiction montre à quel point certaines découvertes peuvent ébranler le monde.
Dans un autre contexte qui n'est plus une fiction, mais aussi avec des conséquences beaucoup plus modestes, de grandes découvertes scientifiques peuvent également ébranler le monde scientifique.
Yves Coppens le célèbre paléontologiste français découvrit en 1974 l'Australopithécus Afarensis, appelé plus simplement par son petit nom Lucy en hommage à la chanson des Beatles "Lucy in the sky with Diamonds". Cette découverte, effectuée en Ethiopie, consacre un peu la "Eve" de l'humanité, le squelette de Lucy étant vieux de 3,2 millions d'années.
Lucy ne devait mesurer que 1,20 mètres et peser environ 25kg. Ce qui rendit si célèbre Lucy, c'est qu'elle représentait le chaînon manquant entre le singe et l'homme. Son buste permit de déduire qu'elle grimpait aux arbres, et l'articulation de ses jambes, malgré ses pieds plats, permit de prouver qu'elle marchait debout. Ce fut une grande confirmation de la théorie de l'évolution des espèces de Darwin. Ce fut aussi la découverte de la grande ancienneté de la lignée des primates. En effet, l'homo sapiens que nous somme tous n'est apparu qu'il y a quelques dizaines de milliers années.
Cette découverte retentissante dans l'univers des paléonthologues a changé même modestement le cours des choses, a orienté le futur dans une direction dans laquelle Lucy est une célébrité et du coup Yves Coppens aussi.

La terre est la mémoire de l'humanité car elle garde en son ventre les traces de nos lointains ancêtres. C'est ainsi que de nombreuses découvertes ont eu une incidence sur notre vision du monde, et par la-même ont changé le cours de l'histoire, de nos croyances aussi bien scientifiques que religieuses.
La mémoire est un témoignage du passé venant influencer le présent.
Le présent est issu du passé. Le futur sort du présent.
Ce qui est étonnant c'est que la mémoire du passé vient changer le présent issu du passé.
Chaque jour, une découverte apporte une meilleure compréhension des origines du monde, changeant ainsi de façon plus ou moins importante le futur du monde.
Le présent n'est en conséquence pas issu "linéairement" du passé, déterminé une fois pour toute.
La mémoire vient sans arrêt enrichir le passé du futur, changeant les futurs possibles.
Le passé passe son temps à venir changer le futur !
L'homme a une conscience qui s'appuie sur sa mémoire et agit en fonction de son vécu.
Ses actes sont définis une première fois par le passé, mais sa volonté vient les modifier en s'appuyant aussi sur le passé. La liberté surgit donc de notre mémoire qui conditionne nos raisonnements et nos choix. Sans mémoire, nous serions des êtres constitués uniquement d'inné, et par là même nous exécuterions sans lassitude toujours les mêmes actions en réaction aux mêmes stimulis. Mais la mémoire nous change et change nos raisonnements et donc nos actions. C'est de l'acquis, de l'expérience, que sort notre libre-arbitre, la non pré-détermination physique de nos actes.
Le passé est plusieurs fois sources d'informations, de détermination du futur.
Nos connaissances piochent à des époques différentes pour donner notre connaissance actuelle.

Deux atomes se rencontrent dans l'univers et s'associent. Un troisième atome arrive. Ils vont composer ensemble une molécule. La matière s'organise. Si la matière n'avait pas gardé la mémoire de la rencontre initiale des deux atomes, alors la molécule n'aurait pas existée. Et cette nouvelle molécule devient ainsi à son tour le point de départ d'une nouvelle organisation.
Les rencontres passées sont stockées en structure, en organisation.
Sans organisation pas de mémoire, sans mémoire pas d'organisation.
L'organisation est la mémoire de l'univers. Et cette mémoire est toujours là, influençant le présent et changeant la "détermination" de l'avenir.
Le passé passe son temps à venir changer le futur.

Le passé n'est jamais révolu, il vient sans cesse faire des incursions dans le présent pour changer le cours du temps.
L'univers nous bombarde d'images anciennes des étoiles. La terre nous submerge de trésors paléolithiques. Ces informations viennent changer notre perception du monde, nos pensées et les agissements qui en découlent, donnant lieu à un futur différent. En effet, dès que quelque chose est changé, même très modestement, on ne peut plus parler du même futur. L'avenir a bifurqué.
Il existe potentiellement un futur différent pour chacun de mes actes, pour chaque éventualité. Ces futurs ne sont pas réels (sauf si on croit à la théorie des univers parallèles), un seul futur est déterminé une fois mon acte réalisé. Si Yves Coppens n'avait pas découvert Lucy, je ne serais pas en train d'en parler. Et nous serions alors dans un monde différent, même si la seule différence était que je ne parle pas de Lucy ici. Ce qui est important, c'est qu'il puisse y avoir une différence, non le degré d'importance de cette différence.
Notre mémoire guide chacun de nos pas. On ne sait pas marcher sans apprentissage, sans acquis. Je fais des choix en fonction de mon passé, de mes bonnes ou mauvaises expériences. La mémoire est la présence du passé dans le présent.

L'histoire du futur n'est jamais écrite d'avance, car elle est sans arrêt réécrite par la présence du passé dans le présent.
Voyons le présent comme un état E de l'univers à l'instant t, issu des états antérieurs et situé à un endroit précis P (le centre de notre sphère de causalité).
A l'instant t+1, l'univers en P sera dans l'état E' déterminé à partir de E par l'information I regroupant tous les déterministes causaux issu de t. L'état E' sera conséquence physique de E.
Soit une information J, non encore connue qui arrive en P à t+1 aussi.
Cette information met l'univers en P dans l'état E'', résultant de la somme des informations I+J.
Donc l'univers en P passe de E à E'' directement. La méconnaissance de J à l'instant t empêche de prédire un E'' juste et prédit à la place, par ignorance un E' faux. Ce qui rend toute prédiction erronée.
L'information J bien que située à l'intérieur de la sphère de causalité de P est cachée (par exemple un ossement sous-terre). Cette information entre dans la sphère de causalité de P, quand il y a découverte. Elle devient alors une cause de plus du changement d'état de l'univers.
La mémoire, la découverte agissent sur l'avenir du monde comme la limitation de la sphère de causalité issue de la relativité. Il y a une indétermination dans le futur qui n'est pas dûe au hasard, ni a une condition initiale manquante, ni à un paramètre trop imprécis, mais à la méconnaissance de ce qui va venir changer le cours des choses et qui ne peut pas encore être connu.
Mais on peut aussi considérer qu'il était écrit que Yves Coppens irait en Ethiopie faire sa découverte et ainsi contribuer modestement à changer le cours de l'histoire. On peut considérer qu'il était écrit que l'histoire changerait. Qu'une chaîne de causalités déterminées a amené Yves Coppens à faire sa découverte. Que Lucy existerait deux fois, une première fois il y a 3,2 millions d'années en sautant d'arbre en arbre, et une deuxième fois posthume, après son exhumation des strates d'une falaise éthiopienne.
Il y a donc potentiellement un futur sans la découverte de Lucy et un futur avec la découverte de Lucy.
Mais notre futur est celui du 2e cas. Le premier cas existe-t-il dans un autre univers avec un déroulé différent ? La théorie des univers parallèle le prédit, sans pour autant pouvoir le montrer. Ce premier cas, l'univers dans lequel Lucy n'apparait qu'il y a 3, 2 millions d'années, correspond à un déroulé du monde selon une ligne temporelle ordonnant les événements du plus ancien au plus récent. Les causes sont donc antérieures aux effets et suivent un ordre chronologique simple.
Par contre dans le 2e cas, Lucy réapparait et devient encore cause de la réorientation de l'univers comprenant cette fois-ci au moins deux célébrités de plus et un inconnu en parlant ici.
La cause est toujours antérieure à l'effet, mais cette cause est une cause réapparaissante. Lucy a donné le jour aux humains il y a très longtemps, mais revient ensuite à notre époque pour témoigner en tant qu'aïeule de l'origine de l'homme. Lucy est donc 2 fois cause. La chaine de causalité devient alors un épi et non plus une ligne droite. Le présent est ainsi enrichi deux fois par Lucy. Ou plutôt un nombre considérables de fois car des centaines d'hommes ont pu l'observer et en parler, engendrant ainsi des effets multiples.
Donc le futur n'est pas issu de façon déterminé de conditions initiales situées dans le passé, mais est multidéterminé par les réapparitions du passé dans le présent.
La mémoire est une accumulation d'événements passés accessibles dans le présent, et le futur est la conséquence de cette accumulation sans cesse en augmentation. Le nombre de causes déterminant le futur se densifie à chaque succession d'instant-présent.
L'augmentation incessante des causes conditionnant le futur empêche le monde d'être déterministe,
car la notion de conditions initiales n'a plus aucun sens en dehors du laboratoire isolant un processus du reste du monde.
Le monde est un système à mémoire. Il est un système complexe, au sens de la théorie des systèmes complexes et est donc imprévisible, ayant des propriétés globales, émergentes, ne pouvant pas être déduites de l'étude de ses composants. La démarche scientifique est réductionniste , s'attache à observer des constituants et leurs relations et donc ne peut appréhender les propriétés globales émergentes qui orientent l'évolution du monde.
Les lois physiques créent de l'organisation ; cette organisation est une mémoire engendrant la complexité des causes agissantes. Cette complexité rend l'évolution du monde physique imprédictible, et nous met face à un futur imprévisible.
Le futur est donc scientifiquement imprévisible.
Ce qui ne veut pas dire qu'il ne va pas dans un direction donnée, mais plutôt que cette direction ne peut se déduire des phénomènes observés.
Dans ce constat, aucun indéterminisme ontologique n'a été introduit, aucune loi de probabilité n'a été utilisée, ni incertitude de nature quantique. Aucune sphère de causalité engendrée par l'introduction de la limitation de la vitesse de la lumière non plus. On reste ici dans un contexte purement déterministe, à l'identique de celui des phénomènes décrits par la théorie du chaos.
Le constat qui est fait ici est que l'organisation engendre l'imprévisiblité du futur de l'univers, car l'organisation crée une mémoire du passé et ainsi la possibilité à des causes antérieures de réapparaître dans le présent.
Dans un univers où l'organisation apparait, les cause physiques se multiplient et nécessairement l'imprévisible, le hasard surgit, car la causalité temporellement linéaire disparait. Du coup la densité des causes empêchent de les identifier et s'apparente alors à une absence de causes déterminées.
Les cause passées réapparaissent dans un jeu sans fin de complexification de l'origine du présent.
On arrive par conséquent en conclusion à ce paradoxe apparent :
Ce que l'on nomme le hasard est une conséquence de l'organisation progressive du monde.
Autrement dit : le hasard n'est pas à l'origine de l'organisation du monde, mais l'organisation du monde est à l'origine de ce que l'on nomme le hasard.
Patrice Weisz

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Coîncidence

Hier, j'ai ressenti le premier battement du coeur dans un embryon comme une "mémoire " du big -bang.
retrouver le sens du rythme...
Pour vous qui vivez en afrique, cela doit être plus simple, non?
Le renouvellement du ryhme en Lucy, c'est deux pulsations sur le tambour Afriquain.
Bien plus signifiant que Le rythme efréné du langage binaire renvoyé par nos tam tam satellitaires.
L'hyper complexification du rythme provque cependant d'heureux hasards
Celui de la rencontre de votre blog en est un pour moi.
Paul

med ihar a dit…

izm341@yahoo.fr; expérience scientifique dit : le future à une infinité de probilité c-à-d lors d'expérience sérieuse la ou on fait accélerer les particules (particules quantiques (atomes)) et on les fait entrer en collision on c'est apércu qu'il est impossible de prévoire leur comportement future. seul dieu peut connaitre l'avenir.

Monier Alain a dit…

Bonjour, C'est du Benjamin Walter a la seule difference qu'il n'en tire aucunement les memes conclusions, les siennes sont purement materialistes. Alain Monier